Image default

Pascal Robaglia, un galeriste dans l’âme

Bien que sa passion le dévore depuis tout jeune, le chemin a été plus ou moins long avant que Pascal Robaglia soit connu dans le monde de l’art. Il a passé plusieurs années à exercer dans plusieurs groupes de luxe connus dans le monde avant de mettre à son compte, aux côtés de sa femme et ses enfants.

L’art, sa passion depuis sa jeunesse

Né le 27 février 1995, Pascal Robaglia a une grande passion pour l’art qui le dévore depuis sa jeunesse. Jeune, il passait déjà beaucoup de temps ans les galeries d’art. Il a peint depuis des années sans s’obstiner à faire son gagne-pain. Il était tout simplement un passionné qui était heureux de s’exprimer à travers la peinture. Il est aussi un grand sportif et ses exploits seront marqués par plusieurs trophées. Il a pratiqué le sport de montagne, le ski et le pongé sous-marin. Ses 320 plongées seront notamment gravées dans l’histoire. Il aime le défi et ne se laisse pas abattre, un caractère qui lui a permis d’être un nom connu dans l’univers de l’art aujourd’hui.

Des pas de géant dans le monde des affaires

Pascal Robaglia a eu un parcours scolaire ressemblant à celui de la plupart des jeunes Français. Les études secondaires au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine, la classe prépa dans de grands établissements tels que Friley, et enfin l’Escae de Dijon. Néanmoins, il a eu une première expérience professionnelle très tôt en contribuant à la création de la Junior-Entreprise de son institut. Il a décroché des stages dans des entreprises renommées comme Hermès et les banques de Bruxelles et Benelux pour percer dans le monde des affaires.
Lorsqu’il a obtenu son diplôme en 1978, il a intégré l’équipe marketing de L’Oréal. Puis, il entre chez Roger Gallet. Ce n’est qu’après avoir obtenu l’expérience nécessaire qu’il a percé la coquille en montant sa propre galerie avec sa femme Sylvie Robaglia. Après une quinzaine d’années, la galerie eut beaucoup de succès avec un chiffre d’affaires jamais atteint de 3 millions d’euros. Cependant, après son divorce, la galerie s’est aussi éteinte petit à petit.

En vrai compétiteur, il rouvre une nouvelle galerie

Pascal Robaglia a trouvé son petit repère à Neuilly où il donne naissance à l’« art à domicile ». Cette petite galerie habillée de plusieurs toiles uniques s’est rapidement fait connaitre. Il réussit à économiser assez d’argent pour se procurer une maison du Vésinet. Cette dernière allie tradition, raffinement et nouvelles tendances. En plus d’y exposer quelques œuvres street art, Pascal Robaglia s’est également mis à chercher de nouveaux talents.

A lire aussi

Évolution de la société, une obligation ?

Clarisse

Centre d’appel : Madagascar, dotée de la meilleure connectivité en Afrique

administrateur

Polilingua, au service de vos traductions SEO

Virgile K.

Comment régler les problèmes en cas de mauvais payeurs ?

Clarisse

Comment bien choisir un partenaire de netlinking ?

administrateur

Externalisation de services: pourquoi et comment ?

Clarisse